Rechercher

Bine-bine et thiouraye, le combo de seduction


L’art de la séduction est une tradition chez les femmes africaines. Elles sont très coquines et font recours à plusieurs astuces pour séduire leur homme. Prendre soin de leur mari et leur séduire pour l’envouter tous les soirs. Elles disposent d’un véritable arsenal d’objets érotiques mêlant odeurs et romantisme pour pimenter leur couple. Leurs atouts de séduction sont nombreux, mais le bine-bine et le thiouraye restent les favoris et les plus reconnus partout dans le monde.


Être coquine et bien armée fait partie des qualités d'une bonne femme sénégalaise. Bien sûr, ce n'est pas l'unique qualité requise, mais elle occupe une place importante dans la vie de couple. Pour être une "As" du "jongué", il faut savoir détecter les vices de son homme et comprendre ses désirs.

Il faut toujours veiller à avoir une bonne hygiène, être obéissante et surtout savoir répondre aux désirs sexuels de son partenaire.



Le bine-bine ou perles de taille,



C’est un secret de beauté ancestral dans la tradition africaine, avec différents noms selon le pays : au Sénégal vous entendrez parler de bine-bine, au Mali et en Guinée, c’est le terme baya, chez les congolaises elles parleront de Ziguida alors qu’au Niger il est question de Tsakia. Les appellations sont différentes mais l’utilité reste la même.


Vous vous êtes souvent demandé comment de simples perles autour du rein peuvent produire de l’effet chez l’homme. Cela fait partie des secrets des femmes africaines. Elles savent le manier et comment s’y prendre quand il est question de séduire leur homme.

Ces perles de reins constituent une arme fatale détenue par les femmes. Auparavant, les femmes portaient des grosses perles autour de leur reins appelés "dial-diali". Elle démontrait la féminité chez une femme mariée. Avec une démarche séduisante, les perles font un bruit qui pouvait provoquer une excitation un homme.


Très ancrées dans la culture africaine plus précisément en Afrique de l’Ouest, les filles portent des colliers de perles aux reins dès le plus jeune âge pour, dit-on, « façonner la cambrure ». Vous l’aurez compris, le choix des perles pour orner la taille n’est pas un hasard. Plus qu’un accessoire de beauté, elles transmettent un message. Les expertes sauront vous dire ce qui convient aux jeunes filles et ce qu’il faut pour une jeune mariée. Est-ce l’effet sur le déhanché de la femme qui les porte ? Est-ce le délicieux tintement des perles quand elle se déplace ? Ou alors les couleurs vives et chatoyantes ? On ne saura jamais ce qui crée cet effet hypnotisant.


De nos jours, ces perles sont modernisées et on en crée de toutes sortes sur le marché. Il y a des hommes qui préfèrent les grosses perles appelées « dial-diali », d’autres préfèrent les perles de petite taille comme les perles en cristal.



Le thiouraye,



Il fait partie des armes redoutables de la femme sénégalaise. Ces produits concoctés à partir du mélange d'ingrédients naturelles et de parfum, laisse une bonne odeur dans la chambre et la maison.


Cette astuce de grand-mère est très utilisée par les femmes sénégalaises, même si parfois à la place, certaines femmes préfèrent les parfums de chambre. Mais sachez que, l'odeur d'un bon encens n'a pas d'égal et ses effets sont juste uniques.

Sur le marché, on trouve plusieurs sortes d'encens pour chaque catégorie. Et pour pimenter les choses, des noms coquins leurs sont même attribués.


Aux parfums pour le corps, dont les hommes comme les femmes sont friands, répond une multitude de parfums de chambre et, surtout, d’encens (thiouraye). Il ne s’agit pas seulement de se débarrasser des odeurs corporelles, mais d’en acquérir de nouvelles, dont certaines provoquent le désir sexuel.


Dans les marchés, les boutiques d’encens offrent un choix immense. Les encens à l’odeur la plus forte et la plus lourde, les plus efficaces pour susciter le désir, sont réservés à l’usage intime. Les femmes ont dans leurs placards de véritables collections. Les noms sont évocateurs et se renouvellent constamment : Nemmali (achever), Doggali (mettre KO), Ser Bou Tass (pagne défait), Dadjima (enfonce-moi), Kumay Teul (fais-moi rebondir), Niaf (cravacher), Sauce Kani (sauce pimentée), etc. Ces appellations indiquent une force, une modalité d’action spécifique.


Découvrez le thiouraye sur notre site internet www.okhamare.com

65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout